Prenez soin d'eux !
Bienvenue sur Prenez Soin d'Eux !
Si vous avez les moindres questions, n'hésitez pas.
Petit récapitulatif...
Ce forum parle :
- De tous les animaux en général (aucun favoritisme... Sauf peut-être... Oui, vous aurez sans doute remarqué qu'une GROSSE partie est dédiée à l'aquariophilie...)
- D'écologie (vous avez de bonnes recettes ? Venez vite !!!)
- De végétarisme/végétalisme
- Toutes sortes de pétitions sont disponibles
- Une partie est réservé à la vente/achat/adoption.
Et vous pouvez bien sûr poster vos annonces si vous recherchez des adoptants pour vos animaux.

Sur ce,
peut-être à bientôt.
Cassalamandre, votre administratrice.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Décembre 2016
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Derniers sujets
» Nouveau forum !
Mar 14 Avr - 21:21 par Cassalamandre

» Mes dessin
Mar 14 Avr - 21:09 par Cassalamandre

» Interview d'un vendeur
Dim 1 Mar - 19:43 par Cassalamandre

» Gromendil New youtuber
Sam 28 Juin - 15:23 par satan

» L'UE veut réduire l'utilisation des sacs en plastique
Sam 19 Avr - 1:56 par Syrinx

» Stage d'aquariophilie ! :p
Mer 19 Fév - 11:54 par Cassalamandre

» Boutique Fashioncass
Mer 19 Fév - 11:41 par Cassalamandre

» Aki et Pandora.
Sam 14 Déc - 13:54 par Cassalamandre

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 16 le Dim 22 Fév - 14:14
Connexion

Récupérer mon mot de passe

Les posteurs les plus actifs de la semaine


Concours de rédaction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sujet Concours de rédaction

Message par Lou le Sam 10 Déc - 19:50

Bonjour tout le monde,
Je suis là pour vous anoncer le concour qui remplaceras celui de photo pour cause de manque de participants.
Je vous propose donc un concour d'expression écrite !
Le sujet est :
Une histoire de minimum 20 lignes parlant d'un animal ou plusieurs, et noël.
Bonne chance à tout les participants !

________________________
I need you like a heart needs a beat it's nothing new <3

Lou
Admin
Admin

Féminin Messages : 75
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/06/2011
Age : 17
Localisation : Paris

http://blackwolfpublique.jtkc.org

Revenir en haut Aller en bas

Sujet Re: Concours de rédaction

Message par Lou le Sam 10 Déc - 19:54

Voilà un texte qui nous à emus (difficile de faire mieux...)





C’était deux jours avant Noël, vers 21h. Je regardais un reportage sur et les animaux, et leurs propriétaires qui parlaient de leurs sentiments à l’égard de leurs partenaires.
Je m’appelle Auré, j’ai douze ans. J’ai les cheveux bruns ondulés, des yeux noirs et j’adore les animaux ! Je me suis renseignée un max sur eux pour pouvoir avoir mon animal, mais malheureusement ma mère me le refuse, disant que c’était mauvais pour moi. Je savais pourquoi elle ne voulait pas : mon père est mort à cause de mon chien, qui était devant les escaliers, et mon père avait chuté, emmenant Pistache...: elle ne voulait pas que cet accident m’arrive à moi aussi. J'ai un don particulier. Je peux communiquer avec les animaux; je tiens ça de ma mère.
« Auré ! appela ma mère. Descends s’il te plait !
-J’arrive, je réponds en éteignant la télé.

Je descends les escaliers en pierre au quatre à quatre, traverse le couloir et vais dans le salon. Je vis mon robot, petit chien adorable très bien imité tourner en rond autour de ma mère.
-Il est mignon mais il me fait tout le temps bouger, sourit ma mère. Je n’arrive pas à mettre les guirlandes. Tu peux m’aider ?

Je l’aidais volontiers. Je vis dans la région d’Ajana, plus précisément à Krystal, ville très calme. Notre maison se situe en haut des petites collines de la ville. Je regarde à travers la baie vitrée. Elle me permet de voir pendant le printemps les cerfs et des biches pendant la saison des amour, ainsi que les fleurs roses des cerisiers s'ouvrir...En été voir le soleil briller sur la ville. En automne, je peux apercevoir beaucoup d'écureuils faisant leurs provisions. Et en hiver je peux voir passer des petits animaux venant de la forêt de derrière . Cette baie vitrée me montrait tout ce que je ne pouvais pas vivre.
-Auré ? fit ma mère en me regardant dans les yeux -et je pus voir ses jolis yeux couleur chocolat-, que fais tu ?
-Rien, je regarde dehors.

Je pris une guirlande rouge et je montais sur l’escabeau : mais encore une fois, je voulus regarder dehors : et là, ce que je vis me glaça le sang : un husky, ensanglanté, était poursuivi par des chauve souris sauvages, à l'air agressif. Je sautais de l’escabeau et sortis dehors. Ma mère me regarda partir, étonnée, puis elle me cria de revenir. J’ignorais ses cris. Je courais donc dans la neige molle pieds nus, avec un débardeur, un gilet et un pantalon pyjama. Les chauve souris m’aperçurent et voulurent s’en prendre à moi : mais mon robot chien me protégea, les défiant du regard ! Mais malheureusement, la neige le fit dysfonctionner, et des étincelles jaillirent: les chauve souris sauvages fuirent alors. Le Husky m’observa de ses yeux bleus, l’œil méfiant, mais très affaibli, il retomba lourdement au sol. J’étais émerveillée devant une telle beauté : le pelage grisé et blanc de la bête donnait un effet d'éclat! Mais je me sentais mal de voir ce husky agoniser devant moi… Je m’approchais et il me tendit brusquement une petite boite blanche, que j’avais jetée il y a une semaine environ. Je le pris de sa gueule, puis j'eus l'impression que l'husky me souriait... et il retomba au sol : j’appelais mon ami Walter. C'est mon meilleur ami, et son rêve est d'ouvrir son cabinet de vétérinaire, mais en attendant, il aide son père et sa mère, qui s’occupent des animaux blessés. Je composais son numéro, et je lui lançais, affolée :
-Walter ! Viens devant chez moi ! Un husky est blessé !
-J’arrive ! me répondit il, aussi affolé que moi.

Il arriva en une seconde et embarqua le chien chez lui, me saluant au passage. Ma mère aussi avait assisté à la scène et me regarda, l’air de dire « tu n’aurais rien pu faire, ne t’en fais pas »…
Je rentrais chez moi, morte de froid et triste.
Je montais ensuite dans ma chambre, douillette, et je m’assis sur ma couette mauve, qui était fourrée en coton. J’ouvrais la boite et là je vis un petit lapin bélier, de couleur Kamel, qui semblait très effrayé.
-N’aie pas peur ! lançais je, souriante.
-Je sais ce que vous avez fait ! Vous avez tué ma mère !

Sa petite voix résonna dans me tête ; le lapin avait il parlé ?! C'est la première fois que...Ou… Puis un mal de tête effroyable me parvint! J'étais paralysée... Je m’évanouis…
Le lendemain, la boite était vide et j’étais allongée par terre, face contre le plancher. J’avais horriblement mal à la tête… Et au nez. Le petit lapin ! Je descendis les escaliers et vit ma mère boire son thé du matin avec… ÇA.
-Oh, bonjour ! s’exclama ma mère en me voyant arriver. Ce petit truc croit que tu as tué sa mère. Je l’ai détrompé, ne t’inquiète pas : mais il faudrait avoir des nouvelles de son sauveur, tu ne crois pas ? Oh, et il a bu ton chocolat, et nous n’avons plus de lait. Il faudra que tu ailles en acheter, ma chérie.
-Quoi? Un rongeur a bu mon chocolat??
-Oui.

Le lapin me regarda, un sourire aux lèvres : je pense que je ne vais pas vraiment l’apprécier… Une fois habillée avec mon tee shirt à manches longues préféré, une marinière bleu marine avec des lignes blanches et mon écharpe préférée bleue, je me hâtais vers chez Walter, avec le petit lapin qui me suivait assez lentement de ses petits bonds.
-Tu sais… Je n'ai pas de nom, et ma mère est morte écrasée par vos machins, fit la petite voix dans me tête. Tu pourrais me donner un nom ?
-Rabbit, répondis je froidement.
-Non ! Je suis différent des autres, on me rejette souvent parce que je vis avec un chien sauvage...Il me faut un autre nom !
-Blood, alors, lançais je sans réfléchir.
-Parfait ! Merci Auré, fit la petite voix.

J’entrais chez Walter après avoir toqué : il m’accueillit et me montra l'husky et Blood se pressa d’aller le voir.
-Elle est sérieusement blessée, annonça t il. Je pense qu’il lui faudra minimum deux jours pour se rétablir.
-Le jour de Noël…

Blood regarda son tuteur respirer lentement sous le contrôle d’une machine reliée à sa bouche… Et ses bandages faits la veille étaient couverts de sang. Il baissa la tête et fourra sa tête dans mes jambes et sanglota un peu… Gênée, je me baissais et lui caressait la tête.
Je sortis et prévins ma mère que j’allais aller acheter du lait au centre ville, c'est-à-dire à quelques mètres.
Je pris mon sac je commençais à partir : Blood m’accompagna. Une fois partie, je vis que les gens de Krystal se rassemblaient devant la place des Mille Vœux (on disait autrefois que cette ville aurait abrité un esprit, et qu’il aurait exaucé un vœu sur cette place) et là je vis un énorme sapin, d'un très grande taille! Il était encore en train d’être décoré mais j’attendais avec impatience que le sapin doit fini !
-C’est une nouveauté dans la ville, expliquais je à Blood. Cette année on va mettre un grand sapin !
-Je vois. C’est joli.

Je partis donc acheter du lait Sakia, 500 ors la bouteille mais qui valait le coup : son goût sucré et onctueux était le meilleur. J’en pris une douzaine : 5000, une réduction de 1000 ors pour la douzaine. Je remerciais le vendeur et je rentrais chez moi. Ma mère était en train de cuisiner notre repas de Noël : après tout, c’était demain, enfin ! Tout ce que je voulais c’était mon premier animal, avec qui je pourrais m'amuser nuit et jour mais je doute que ma mère ou la papa Noël me l’offre cette année. Je posais mon sac et les bouteilles de lait dans la cuisine et montait dans ma chambre.
-Et si je t’entrainais ? proposais je à Blood.
-A faire quoi?
-Je sais pas, par exemple à te défendre!

Son visage s’illumina et sourit :
-Oui !

Il me raconta un peu sa vie pendant que je grignotais un truc.
-Mon papa était un lapin sauvage, m'expliqua t il. Mais il est mort abattu par un chasseur.
-Ah… C’est dommage… Heu je veux dire c'est triste! Enfin je... Enfin.


Je commençais par lui faire briser des bouts de bois avec ses dents, dehors. Je demandais à Walter de faire un petit combat, Blood contre un autre lapin. Blood ne savait pas se défendre et il reçut de nombreuses griffures et de morsures. Bien sûr je l'encourageais, et à la fin, Blood avait quelques blessures ainsi que l'autre lapin, mais ils s'amusaient en fin de compte.

Ravie de la journée, je pensais Blood et remerciais Walter. Puis je rentrais chez moi.
Le soir était tombé. Les flocons de neige tombaient doucement, puis dès qu’ils touchaient le sol, ils disparaissaient… Je pensais soudain à une phrase que mon père disait souvent : « Toutes les bonnes choses ont une fin. »
-Merci, Auré, fit Blood. Je suis content que tu m’aies entrainé.
-De rien. Je rêve depuis toujours de faire ça.
-Demain c’est Noël… Qu’est ce que tu veux toi ?
-Avoir mon premier animal et ami, répondis je, rêveuse. Papa Noël m’en apportera un j’espère…
-Papa... Noël ?
-C’est un papi qui choisit les personnes sages, et il leur donne des cadeaux à Noël ! Et c’est une fête pour la religion aussi !
-Tu crois que j’aurais des cadeaux ?
-Certainement ! je souris.

A ma grande surprise, Blood se blottit contre moi et s’engouffra dans mon tee shirt à manches longues, et s’endormit. Je caressais sa petite tête, semblable à une peluche, et regardait dehors, avant de m’endormir à mon tour…
Le lendemain, je fus réveillée par la voix de Blood qui résonnait dans ma tête :
-C’est Noël !

Je regardais ma montre d’un œil fatigué : sept heures cinq.
-Il est tôt… ronchonnais je.
-Allez réveille toi Auré ! Vite !

Je me levais nonchalamment et descendis. Je bus mon lait du matin en compagnie de ma mère, étonnée que je sois du matin.
-C’est Noël, justifiais je en souriant.
-Le sapin sera illuminé ce soir. On ira chercher Walter et ses parents pour le voir, d’accord ?
-Oui !
-En attendant, va te mettre la belle robe…
-Quelle belle robe ? je coupe.
-Une robe que j’ai mise dans ton armoire, fit elle.

Je remonte dans ma chambre : Blood était déjà là, assis à côté d’une robe couleur bordeaux avec un gilet plus foncé, avec des jolies bottes.

Je m’habillais puis sortit jouer avec Blood. Je lui appris à jouer à Chat!, qui était un jeu où le Chat(le joueur désigné) devait attraper un joueur, ainsi que « un, deux, trois… Soleil! », un jeu où on ne devait pas bouger quand le joueur désigné comme le Soleil se retournait. Blood appréciait surtout faire des petits bonhommes de neige : mais il n'y parvenait pas. Alors je lui montrais comment faire un beau bonhomme de neige : une grosse boule et une petite boule posée sur la grosse, deux bâtons pour faire tenir les oreilles… Mon chef d’œuvre dura presque quinze minutes. Blood regarda mon œuvre et applaudit une fois le bonhomme terminé.



La journée passa vite. Le soir tomba, et ma mère avait invité la famille de Walter à venir manger. Nous avons mangé de la tourte aux champignons, un potage et en dessert une bonne bûche comme je les aime, au chocolat ! Miam ! C’était tellement bon que tout le monde en reprit une part. Pendant le repas, je vis dans les yeux caramel de Blood de l’absence. Je le secouais un peu et il me regarda avec son regard habituel et me sourit.
Nous sommes sortis admirer le sapin, éteint. Walter nous dit qu’il revenait, et il partit.
Les gens commencèrent à se rassembler, et des ouvriers commencèrent à décompter :
-3... 2… 1 ! Illumination !

Le sapin fut illuminé des couleurs de l’Arc en Ciel. Mon père en aurait été ravi... Lui qui adorait les arcs en ciel. Blotti dans mes bras et les yeux brillants, Blood regardait pour la première fois un sapin de Noël géant. Walter à ce moment là revint.
-L'husky ! Miracle ! Elle s’est réveillée !
-C’est un miracle, s’exclamèrent les parents de Walter.
-Elle sera sur pied demain, fit Walter à Blood.

Blood paraissait heureux mais triste en même temps… Ses yeux caramel étaient brillants, mais il poussait des petits soupirs et des petits gémissements.
-Je suis content, me confia il. Je suis content. Que ma "maman" ait repris ses forces… mais… On va devoir se quitter…
-Tu vas pouvoir retourner parmi les tiens, le réconfortais je.
-Les miens ? Nous ne sommes que ma "mère ", quelques chiens et moi. Les autres nous rejettent pour cause de notre différence…

Puis nos regards se croisèrent. Ses larmes étaient rouges sang. Je n'avais jamais rien vu de tel... Puis il regarda le sapin, brillant de mille feux, et regarda le ciel : les flocons tombaient doucement sur mes cheveux et sur sa petite tête. Je fis de même : ce soir était magnifique, la nouveauté de la ville ravissait tout le monde, et comme chaque année, ma mère me donna un bout de papier et un stylo. Tous les ans, à Noël, nous déposons des papiers avec nos souhaits de l’année sur la place des Mille Vœux. Je déposais mon papier après avoir écrit avec Blood. Une fois rentrés, des cadeaux nous attendaient sous le sapin !
-Merci Papa Noël ! criais je folle de joie.

C’est vrai je n’ai pas été sage toute l’année. Mais… J’ai eu des cadeaux ! Walter aussi, ma mère et les parents de Walter aussi… Ainsi que Blood. Celui-ci, c’était moi qui lui avait offert.
Walter avait obtenu une bourse d’étude pour aller à Mirya, étudier pour réaliser son rêve pour devenir vétérinaire, ainsi qu'un endroit pour bâtir sa petite clinique...! Ma mère et les parents de Walter avaient eu des vêtements. J'ouvris celui de Blood : mon écharpe préférée bleue, mais en plus petit. Sans attendre, je lui mis et me regarda, ravi. J’ouvris enfin le mien : Une lettre du Prof. Nori, qui habite à Loïs, une ville avant Krystal :elle donnait des chatons ! Je criais de joie et sautait dans les bras de tout le monde.
Le lendemain, le ciel prévenait une pluie battante. Walter vint me dire au revoir. Il partait pour Mirya.
-Bonne chance, lui murmurais je.
-Merci… Toi aussi, Auré…

Il me déposa un baiser sur les lèvres et s’enfuit en courant. Je rougis jusqu’à la racine des cheveux. Blood attendait sa "mère", sur le canapé bordeaux où il avait dormi la première fois. L'husky arriva : resplendissante, elle (oui elle) venait chercher Blood.
-On se reverra, le consolais je lors de son départ. Arrête de pleurer.
-Auréééé… couinait il, inconsolable.
-Allez… Tu t’entraîneras et tu deviendras plus fort quand on se reverra !

Les larmes me montaient aux yeux.



Le cœur lourd, je voyais l'husky prendre Blood par la gueule, qui faisait tout pour s’échapper, tout en pleurant et en me criant mon nom. Une fois qu’ils ne devinrent qu’un petit point à l’horizon, j’éclatais en sanglots, sous la pluie battante qui tombait maintenant… Je savais pertinemment que les lapins sont prisés des chasseurs et qu’ils n’allaient pas tarder à se faire capturer… Mon rêve de toujours s’était réalisé, mais j’avais perdu la chose qui était chère à mes yeux… Et ceci à jamais…

-Adieu, Blood ! criais je au loin.

Ce fut un Noël triste, mais joyeux à la fois…
Comme disait mon père…
Toutes les bonnes choses ont une fin…

Ellen

Critiques : Ellen, tu te débrouille très bien, il sera dur de te détroné,
tu obtiens :*: :*: :*: :*: :*: /5

________________________
I need you like a heart needs a beat it's nothing new <3

Lou
Admin
Admin

Féminin Messages : 75
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/06/2011
Age : 17
Localisation : Paris

http://blackwolfpublique.jtkc.org

Revenir en haut Aller en bas

Sujet Mon histoire nommée : La crainte catastrophique d'Élise par sa jument Iris .

Message par Hélène le Lun 12 Déc - 21:01

Il était une fois un jument qui s'appelait Iris et qui avait une très gentille maitresse du nom d'Élise .Iris adorait Élise et Élise aimait Iris plus qu'Iris ne l'aimait .Elles habitaient à la campagne dans une ferme avec un grand jardin où était disposé l'ecurie de la jument .Elles menaient une vie tranquille ...Trop tranquille à un point que Élise avait peur qu'un jour cette vie tranquille s'achève et laisse place à une vie déchaînée jusqu'à ce que mort s'en suive .Iris était quand même jeune et pouvait facilement faire des bétises ,ou pire des grandes catastrophes qui pourrait changer leurs vies a jamais ,en plus Élise débute le dressage d'Iris et en plus elle a déjà connu une grande catastrophe dans sa jeunesse .

Chaque jour Élise pensait à ce "fameux jour" et le craignait ,mais elle n'avait pas trop le temps d'y penser car un cheval demande beaucoup d'attention et de temps .Élise avait un petit ami nommé Luc qui était extrêmement jaloux d'Iris car Élise passait son temps qu'avec elle ,malheureusement il était trop timide pour dire à Élise ce qu'il ressentait .Élise et Iris se comprenaient mais pas par le language ,par les mouvements .Un jour Élise alla à l'écurie pour brosser Iris .Elle ouvrit la porte du boxe d'Iris ,pris son licol pour le lui mettre mais Iris refusa . Élise lui dit comprendre qu'il fallait la brosser : <<Iris il faut te brosser voyons tu as les poils en pagaille après le balade d'hier sous la pluie !
-Je ne veux pas être brossée ...
-Je dois te brosser ,c'est bon pour ton poil ,après il va être sale !
-Si c'est pour ça ...D'accord ,je n'ai pas le choix .>>
Élise lui mît son licol et la sortit pour la brosser .Une fois dehors elle attacha la corde du licol a une sangle collée au mur ,alla chercher sa brosse puis brossa Iris .Après l'avoir brossée elle alla chercher la selle ,le tapis et le filet d'Iris .

En entrant dans la salle où était rangée la selle d'Iris ,Élise se souvint que ...Son ancien Cheval , Flipper avait le même caractère le jour où apparut la grande catastrophe .Elle craignait maintenant que cela se reproduit .En revenant avec les affaires ,elle vit devant elle : la corde du licol détachée ,les seaux de foins renversés et la porte du boxe d'Iris cassée .Élise fut bouche-bée puis soupira et se dit : <<Hum ,ça va recommencer...>>Iris couru de toutes ses jambes en direction de sa ferme .Elle vit des pas d'humain et des traces de sabots de cheval et ils se dirigaient vers l'abbatoir...Soudain elle entendit un bruit provenant de l'abbatoir : <<Huuuuu ,Hiiii !>>C'était la voix d'Iris .Elle entra .Elle vit Iris ,posée sur l'abbatoir en train de gémir et d'hurler au secour .Ensuite elle apperçu une main tenir la corde déclenchant la lame de l'abbatoir puis un nez ,une bouche ,des yeux ,des cheveux et enfin le visage entier .C'était celui de Luc . Élise cria : <<Luc !Ne tire pas sur la corde !Je t'en supplie la vie est bien trop belle pour en gâcher une autre !
-Pas pour moi !Ma vie est un désastre depuis que tu as acheté Iris !répondit Luc .
-Tu aurais du le le dire plus tôt ,en attendant lâche cette corde tout de suite !ajouta Élise .
-Jamais !Tu ne peux pas savoir comme la vie est dure pour moi !dit Luc .>>
D'un coup Élise mît sa montre en face du soleil et visa les yeux de Luc et se lança sur lui , enlevit les mains de Luc de la corde avec délicatesse afin de ne pas tirer dessus .Luc ,éblouit par le flash qu'il a reçu ,tomba dans les pommes .Iris fut sauvée par Élise qui la serra des ses bras par son cou .Après être rentrée à l'écurie et avoir emmené Luc à l'hôpital ,Élise demanda à Iris :<<Mais Iris , pourquoi avais-tu ce caractère avant ?
-Je craignais que Luc viendrait ,car sans te prévenir ,quand tu allais chercher ma selle mon tapis et toutes mes affaires Luc vennait un petit moment et me menaçait .Hier il est venu et m'a menacé sous peine de mort si je ne quittais pas la où tu habitais .répondit Iris
-D'accord !Luc ne nous fera plus d'ennuis a présent .ajouta Élise .
-Oui !dit Iris .>>
Et c'est ainsi qu'elles vécurent heureuses un certain temps ...
Je vous laisse imaginer la suite !
Si vous avez des commentaires envoyez moi un Message Privé ! :<3:

________________________
Bienvenue sur le forum de Prenez Soin d'Eux ! <3
_______________
Le mensonge prend l'ascenseur et la vérité l'escalier. Mais la vérité arrive toujours en premier clin d\\'oeil <3

Hélène
Membre présenté

Féminin Messages : 214
Réputation : 1
Date d'inscription : 27/10/2011
Age : 15
Localisation : Grenoble

Revenir en haut Aller en bas

Sujet Mon histoire

Message par Cassalamandre le Lun 12 Déc - 21:16

Voici une petite histoire, mais je ne participe pas au concour. je ne pourais pas gagner, c'est juste pour me détendre ! ^^

L’histoire du Chat. Mais pas n’importe quel chat, Nao, MON chat.

Bonjour, je m’appelle Nao. Je suis un chat de maintenant 1 ans et 8 mois. Je vais vous raconter les points dont je me souviens de ma vie jusqu’ici.

Je suis née quelque part en mai, environs le 15. Je ne faisais que dormir, les yeux toujours fermer, et boire le lais chaud que m’apportait ma maman auprès de son ventre.

- Prend ça !
- Jamais tu ne m’auras !
- Je viens t’aider !
- Hé, c’est de la triche !
Moi, le beau chat sable boudait dans mon coin car ma sœur se battait contre moi, avec l’aide d’un de mes frères. Mon autre frère avait un assez sale caractère. Il était rayé avec des gants blanc sauf sur une patte. Ma sœur était blanche et grise, et mon frère qui venait l’aidé était d’un roux puissant tournant vers le feu. Ma mère, Sarah, une chate rayé avec un problème de croissance refusait de nous donner des noms en disant que des humains viendront nous en trouver. Elle attendait dans leur jardin, chaque jours en reniflant l’atmosphère et revenant déçu nous regarder se couchant sur une pierre. Pendant que je la regardais, elle leva le nez et ses pupilles s’élargirent. Elle se releva d’un bond, nous miaula de se cacher sous la maison et traversa les barreaux de la grille d’un bond. Une voiture bleue ciel arriva. Sarah couru sur le parvis de l’église. Une dame d’environs 60 ans descendit et se baissa pour la caresser.
La dame pris ses affaires et rentra dans le jardin. Elle leva la tête et aperçue une queue qui sortait du trou sous la maison. Elle posa ses affaires et s’approcha. 4 petites têtes sortaient du trou. Elle éclata de rire et sortit un appareil avec un flash qui se déclenchait quand elle appuyait sur un bouton. Ma sœur me poussa et je tombai du trou, le museau dans la terre. Je lui lançai un regard noir et courut auprès de ma maman. La dame rentra dans la maison.
- Maman, dit, maman, qui c’est, dit ?
- C’est une dame. Je sens l’odeur sur elle, mon odeur préférée. L’odeur des vacances. C'est-à-dire, que la petite fille qui te choisira un nom arrivera aujourd’hui. Ma grand-mère arriva. Elle se fait appelé, Belle Maman par les humains. Elle ne fit que passer, adresse un signe de salut à Sarah et repartie.

Pendant tout le reste de la journée, je ne pensais qu’à ça, un nom pour moi tout seul, un nom ! Le temps passa plus vite que prévu. Ma mère dressa l’oreille, nous dit de nous caché encore une fois sous la maison et sortit par la grille. La dame aussi sortit ouvrir la grille. Elle la referma pris sa voiture et partie.
- Mais maman, elle part !
- Elle va revenir, mais avec la petite fille. Faites vous beaux, nettoyer vous et allez sous la maison quand vous aurez finit.
Après une heure, le bruit du moteur revint. On se pressait tous pour voir de nouveaux la voiture. Notre mère resta cette fois ci à l’intérieur du jardin. La dame d’avant n’était pas seule, il y avait un homme, et femme, une petite fille et sans doute sa sœur plus âgée. La petite fille se précipita dans le jardin et nous vit. Elle avait à peu près 10 ans. Elle rentra dans la maison et allas nous chercher des croquettes. Moi et Ma sœur nous précipitons pour manger. Mes deux autres frères n’avaient pas envie de sortir, ils avaient peur.
- Alors, on les appelle comment ? demanda la grande sœur à sa petite.
- La grise et blanche, on l’appelle Taïga, tu en penses quoi ?
- C’est vrai que c’est joli ! Et pour le sable… Je propose Nao.
- Nao ?
- Oui, ça veut dire honnête en japonais. Ils ont le coryza.
- Je vois ça. Et tu as vu le sable ? il y des cuisses de poulet !
La petite fille passa le reste de sa journée avec nous. Elle s’appelait Cassandre.



Le lendemain, elle nous donna à manger. Cette fois ci, elle s’intéressa à mes deux frères.
- Le tigré, il s’appelle Say, d’accord ?
- D’accord, Cassie, ca veut dire épée en japonais…
Je fis la connaissance d’une troisième fille que je n’avais pas vue. Encore une sœur. Elle proposa Ginger comme nom pour mon frère roux. Say et Ginger ne se laissait toujours pas approcher, même avec de la nourriture. Par contre, moi et Taïga, chaque jour, on nous mettait des goutes dans les yeux. C’était désagréable mais on voyait de mieux en mieux.


Un jour, Cassandre essaya d’apprivoiser mes deux frères. Ginger était mal en point. Le coryza l’avais tellement atteint qu’il ne voyait plus. C’est comme ça qu’elle réussi à le prendre. Elle lui mit des goutes dans les yeux et lui donna à manger. Il se laissa approcher et au bout de plusieurs jours, son coryza avait totalement disparu. Comme tous ses frères avaient l’air de s’amuser, Say finit par se laisser un peu approché. Mais attention, si on le soulevait en l’air, il boudait pour toute la journée…


- Maman, ça gratte, c’est affreux !
- Attend, demande un peu à la petite fille d’enlever tes puces, si tu ne sais pas le faire toi même !
- Mais elle n’a pas que ça à faire ?
- Et moi, tu crois que j’ai le temps de te servir de peigne à puce ?
Je me dirigeai vers ma maîtresse qui maintenant, me gardait la nuit dans la maison et lui dit comprendre en me grattant fréquemment que j’avais des puces. Plus tard, elle revint avec des colliers qui puait tellement qu’il devait faire fuir plus que les puces… Elle en mit un à tout le monde, jusqu’à ce que ma mère lui fit comprendre que ça l’agaçait et l’a gênait. Elle les retira définitivement à tout le monde le jour de l’accident. Taïga grimpait à l’arbre quand tout à coup, elle tomba. Le collier se coinça dans sa bouche et l’obligeait à lui garder la gueule ouverte. Quand elle essaye de le retirer, elle s’arracha une griffe. Ma maîtresse arriva avec une de ses sœur, la soigna et retira le collier a tout le monde.

Les jours passait et nous grandissons de plus en plus. Notre maman nous appris à chasser, à grimper aux arbres et toute les lois de la nature. Taïga montrait une aptitude surprenante à l’escalade. Say, c’était plutôt la chasse, Ginger, la défense, et moi, d’après ma mère, j’avais simplement une intelligence très développé.

Un jour, une dame vint nous voir. Elle regarda Taïga de près. Quelques jours plus tard, elle revint avec une cage accompagnée de ma maîtresse et de sa mère. La dame inconnue fit entrer Taïga dedans et referma la cage. Je ne la revis plus jamais, sauf en photos sur l’ordinateur de ma maîtresse. C’est devenu une belle chatte, toujours aussi forte à l’escalade.

Ma mère ne semblait pas s’inquiéter. Elle savait que c’était le meilleur pour elle. Belle Maman, s’approcha de nous avec une souris dans la gueule.
- Il n’en manque pas une à l’appelle ? demanda cette dernière en posant sa proie.
- Taïga, elle a été adoptée.
Belle Maman eu un reniflement de mépris.
- Et tu contes laissé tous tes chatons suivre le même sors ?
- Au moins ils seront heureux.
- Et toi tu seras seul !
Elle reprit sa proie et parti au petit trot. Sarah haussa les épaules.

Encore quelques jours plus tard, ce fût un homme et deux petites filles qui vinrent. Cette fois ci, ils enfermèrent Ginger dans la maison pour qu’il ne s’échappe pas. Après quelques minutes, ils le relâchèrent.
- Alors ? demandai-je en m’approchant de lui.
- Je vais sans doute être bientôt adopté d’après ce que j’ai compris.
- Et Say ?
- Ils ne veulent pas de Say. Ni de toi d’ailleurs.
Il se lécha l’oreille.


Le temps passa et personne ne vint pour Say ou pour moi. Je découvris différentes saveurs et jeux. Mais ce n’était jamais tout à fait complet sans Taïga… Il ne faut pas être triste, me disait ma mère. Elle doit s’amuser, et vous aussi vous vous ferez adopter. C’était bientôt la fin des vacances et toujours rien.


Un autre jour, je vis une cage, comme celle ou l’on avait mis Taïga, on me mit dedans, je ne voulais pas car je n’avais pas dit au revoir à ma famille. On me mit dans une voiture. Je miaulais mais rien ne changeais. Finalement, on arriva, dans un endroit qui puait le désinfectant. C’était la clinique Vétérinaire. Ho non, je n’aime pas ça. D’ailleurs, je n’aime toujours pas ça. Hop, qui tu es toi, quel âge à tu, quand va-t-il falloir te vacciner etc. Enfin, ce fût finit, et on repartit. Faux espoirs, pas totalement faux, je n’avais pas de famille.


Un autre jour, l’odeur de l’excitation envahie mes narines, des valises était par terre dans la maison. On nous donna à manger plus tôt que prévu. Deux cages trônaient dans la cuisine. On nous fit entrer dedans, moi dans une cage, Say et Ginger dans l’autre. On entra tous les trois encore une fois dans une voiture. Après un long voyage, nous fûmes séparés, Say et Ginger restèrent dans la voiture qui repartit bientôt, et moi je fus porté par ma maîtresse, comme je l’appelais. Ma maîtresse… C’est eux, ma famille ! Train après train, l’odeur devenait de plus en plus infecte. Enfin, nous arrivâmes dans une ville ! Beaucoup de voiture, de la saleté, pas le moindre brin d’herbe. Enfin, je sortis de la cage dans une grande maison inconnue. Je passai les jours suivant à explorer, à renifler, ma pièce préférée était bien évidement la cuisine… Je voyais de nouveaux jouets, de nouvelles personnes. Je me fis stériliser et identifié. Ma maîtresse m’appris des tours, des jeux. Mon film préféré fut l’Incroyable voyage.


Je revins à mon endroit natal. Ma grand-mère ne venait plus, on imaginait le pire, avec ma mère. Je retrouvais l’odeur des animaux sauvages, de la verdure etc. Après être rentré à Paris au bout de dix jours, je ne revins plus là-bas après quatre mois. Ha, noël, ça s’appelait. Je me fis gronder plusieurs fois à cause de ma tentation à grimper dans le sapin. Moi aussi je reçue des cadeaux. Quand je fus enfin à la campagne, je ne vis plus ma mère. Jamais. Mais je fis sans. Maintenant, je chasse seul. Et je vis bien. Je me suis lié d’amitié avec « Galantine » la chatte des voisins qu’on appelle pépète ou Clochette. Ma vie n’est peut-être pas si passionnante que ça, mais écrire m’occupe.


Fin
Fichiers joints
Nao et Gingers.jpg C'est Nao, mon chat quand il était petit (le sable) et le roux est son frère.Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.(66 Ko) Téléchargé 1 fois
Say.JPG Un autre frère de Nao, Say.Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.(2 Mo) Téléchargé 0 fois
Nao et Taïga qui dorment.JPG Nao et sa soeur, Taïga.Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.(1.6 Mo) Téléchargé 1 fois
Sarah et Belle maman.JPG Sarah, à gauche, et Belle maman, à droite.Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.(1.9 Mo) Téléchargé 0 fois
Nao adulte.jpg Nao adulteVous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.(643 Ko) Téléchargé 1 fois
Taïga adulte.JPG Taïga adulteVous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.(3.5 Mo) Téléchargé 1 fois
Tout les chaton + Sarah.JPG Et les voilas tous ensemble ^^Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.(1.9 Mo) Téléchargé 1 fois

________________________
Un nouveau forum sourire
Ma boutique ! clin d\\'oeil

Cassalamandre
Admin
Admin

Féminin Messages : 889
Réputation : 13
Date d'inscription : 03/11/2011
Age : 16
Localisation : France

http://blackwolfpublique.jtkc.org/

Revenir en haut Aller en bas

Sujet Woh !

Message par Hélène le Lun 12 Déc - 21:41

Trop cool cette histoire !!

________________________
Bienvenue sur le forum de Prenez Soin d'Eux ! <3
_______________
Le mensonge prend l'ascenseur et la vérité l'escalier. Mais la vérité arrive toujours en premier clin d\\'oeil <3

Hélène
Membre présenté

Féminin Messages : 214
Réputation : 1
Date d'inscription : 27/10/2011
Age : 15
Localisation : Grenoble

Revenir en haut Aller en bas

Sujet Re: Concours de rédaction

Message par Cassalamandre le Dim 18 Mar - 13:03

Ce concour est maintenant finit, plus aucune participation n'est accepter.

________________________
Un nouveau forum sourire
Ma boutique ! clin d\\'oeil

Cassalamandre
Admin
Admin

Féminin Messages : 889
Réputation : 13
Date d'inscription : 03/11/2011
Age : 16
Localisation : France

http://blackwolfpublique.jtkc.org/

Revenir en haut Aller en bas

Sujet Re: Concours de rédaction

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 16:34


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum